Menu Close

à propos de nous / articles de presse

Un fonds belge à impact investit dans l'entrepreneuriat en Inde rurale

L’investisseur à impact belge Incofin IM lève plus de 50 millions d’euros lors d’un premier cycle d’investissement pour son nouveau fonds d’impact destiné au développement rural en Inde. Le fonds investit en private equity dans la filière agro-alimentaire et les services financiers. Les premiers investissements sont à présent réalisés. Outre des investisseurs belges tels que Korys, la Société belge d’investissement pour les pays en développement (BIO) et le fonds philanthropique Manickam, géré par la Fondation Roi Baudouin, la société française Proparco et la société britannique CDC participent aussi à l’aventure.

Avec une population jeune, dynamique et entreprenante, l’Inde a la réputation d’être une économie émergente offrant des opportunités d’investissement prometteuses. 86 % de la population indienne a moins de 55 ans. Dans le même temps, le pays est aussi confronté à de nombreux défis, tels que les inégalités, le manque de chaînes d’approvisionnement bien organisées et l’accès aux capitaux. Bien que 65 % de la population indienne vive dans les zones rurales, les investissements en private equity se concentrent principalement sur les entreprises dans les villes. De nombreuses exploitations agricoles prometteuses échouent en raison d’un manque de financement, ce qui freine la productivité et la modernisation de l’agriculture indienne.

Le fonds à impact India Progress Fund (IPF) vise à changer la donne en proposant aux entrepreneurs prometteurs des capitaux, des conseils et un accès à un réseau mondial. L’IPF se concentrera sur les deux secteurs qui ont le plus grand impact social en Inde : l’inclusion financière et le secteur agro-alimentaire.

Objectifs de durabilité auxquels le fonds contribue: 2 Zero Hunger, 8 Decent Work and economic growth, 9 Industry, innovation and infrastructure, 12 Responsible consumption and production and 13 Climate action.

Chaîne de valeur agroalimentaire

Aujourd’hui, les légumes et les céréales doivent souvent franchir de nombreuses étapes intermédiaires pour passer du producteur aux étals des magasins. Cette longue chaîne alimentaire entraîne des coûts plus élevés et génère un important gaspillage alimentaire. Il existe de nombreuses petites entreprises agrotechnologiques susceptibles de raccourcir la chaîne d’approvisionnement, mais elles éprouvent des difficultés à accéder aux capitaux. Le India Progress Fund d’Incofin entend combler partiellement cette lacune.

Le gain d’efficacité que l’on pourra obtenir en supprimant de nombreuses étapes intermédiaires permettra de générer une chaîne d’approvisionnement plus transparente et moins coûteuse, et de réduire le gaspillage alimentaire.

Le fonds a réalisé deux premiers investissements dans les jeunes entreprises agrotechnologiques Unnati (https://www.unnatiagri.com/) et SuperZop (http://www.superzop.com/).

L'inclusion financière

Selon la Banque mondiale, en 2017, l’Inde comptait encore quelque 190 millions d’adultes ne disposant même pas d’un compte bancaire. Le seul pays qui compte plus de personnes n’ayant pas accès aux services financiers est la Chine. Ces dernières années, l’Inde a bien progressé dans ce domaine, mais ce sont surtout les entrepreneurs dans les zones rurales qui trouvent porte close en matière de capitaux et de services financiers fiables.

Les entrepreneurs se rabattent donc souvent sur des sources de crédit informelles, ce qui accroît fortement le coût et le risque du financement. Dans l’Inde rurale, 84 % des besoins de crédit des commerçants indépendants et des PME trouvent une réponse informelle. Les banques traditionnelles sont plus intéressées par les gros crédits et ne sont pas très enthousiastes à l’idée de faire affaire avec des clients ruraux. Faire appel à leurs services dans les zones rurales de l’Inde est beaucoup plus complexe et onéreux que dans les villes : dans un environnement où les affaires se concluent souvent de manière informelle, il n’est pas évident de pouvoir produire des documents formels.

Namdev Finvest est la première entité dans laquelle le fonds a investi pour accroître l’inclusion financière (https://namfin.in/).

À propos d’India Progress Fund (IPF)

IPF est le premier fonds à impact d’Incofin à viser un seul pays. Il se focalise sur l’inclusion financière du client final ayant difficilement accès à des services financiers ainsi que sur le développement durable de la chaîne alimentaire agricole en Inde. Le fonds investit, par le biais de participations privées (private equity), dans des entreprises qui mènent une gestion de qualité sur le plan de performances sociales qui s’accompagnent également d’un impact positif et mesurable pour le client final. Le fonds arrivera à échéance en 2033.

À propos d’Incofin Investment Management (Incofin IM)

Incofin Investment Management est un gestionnaire international et indépendant de fonds à impact focalisé sur l’inclusion financière et la chaîne de valeur agricole, et mû par sa raison d’être : promouvoir des progrès inclusifs.  Il s’agit d’un fonds sous licence AIFM qui dispose de plus d’un milliard d’euros d’actifs sous gestion.  Plus de 70 professionnels répartis entre le siège belge et les équipes d’investissement locales en Colombie, en Inde, au Kenya et au Cambodge, travaillent pour Incofin.

En tant que leader parmi les sociétés d’investissement à impact social, Incofin a investi (par des participations et des prêts) plus de 2,1 milliards d’euros dans plus de 320 entités émettrices, institutions financières et PME de la chaîne de valeur agricole, dans 65 pays d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine, des Caraïbes et d’Europe de l’Est.
www.incofin.com

À propos de Korys

Korys est la société d’investissement de la famille Colruyt. Elle gère aujourd’hui plus de 4,5 milliards d’euros d’actifs. Outre une participation significative dans le Groupe Colruyt, l’un des leaders de la grande distribution en Belgique et en France, elle gère activement des participations dans des entreprises privées et dans des fonds de private equity. Korys a également mis en place ses propres fonds d’investissement pour gérer son portefeuille en instruments cotés. Pour l’ensemble de ses activités, Korys prend ses décisions d’investissement dans une perspective à long terme et sur base de critères économiques (Profit), sociaux (People) et écologiques (Planet) stricts. Korys vise à créer de la valeur durable dans trois écosystèmes majeurs : les sciences de la vie, la transition énergétique et le consommateur averti (« Conscious Consumer »). Pour ce faire, Korys peut compter sur une équipe motivée de 30 professionnels basés en Belgique et au Luxembourg.
www.korys.be

À propos de la Société belge d’investissement pour les pays en développement (BIO)

BIO est une institution financière de développement qui soutient la croissance du secteur privé dans des pays en voie de développement. BIO octroie des financements à long terme à des entreprises, institutions financières et projets d’infrastructure privés ainsi que des subsides pour des études de faisabilité et des programmes d’assistance technique. BIO opère en tant que partenaire complémentaire des institutions financières et vise un impact maximal sur le développement et un retour sur investissement maximal. BIO est membre d’EDFI (l’association des institutions européennes de financement du développement) et gère plus d’un milliard d’euros d’actifs.
www.bio-invest.be

À propos du SDG Frontier Fund

Le SDG Frontier Fund est un fonds de fonds de private equity à durée limitée, géré de manière autonome et axé sur les PME de différents secteurs des marchés émergents d’Afrique et d’Asie. Le but du fonds est de favoriser la création d’emplois et une croissance économique durable. Lors de son premier closing, le SDG Frontier Fund s’est associé à neuf investisseurs institutionnels et privés, dont AG Insurance, Belfius Insurance, la Fondation Roi Baudouin, Volksvermogen, vdk bank, plusieurs family offices et BIO. Il a déjà approuvé des investissements dans l’African Rivers Fund III, l’Excelsior Capital Vietnam Private Equity Fund et l’Ascent Rift Valley Fund II.
https://www.bio-invest.be/fr/sdg-frontier-fund

À propos de Proparco

Proparco, filiale de l’Agence française de développement (AFD) dédiée au financement du secteur privé, s’efforce de soutenir le développement dans les pays du sud depuis plus de 40 ans déjà. Elle joue un rôle clé dans le groupe AFD et le système français de coopération : financement et soutien de projets menés par des entreprises et institutions financières de pays en voie de développement et d’économies émergentes (de PME à des groupes bancaires régionaux en passant par des institutions de microfinance).
www.proparco.fr

À propos de CDC

CDC est l’organisme britannique qui finance le développement et possède plus de 70 années d’expérience dans l’aide réussie à la croissance durable à long terme d’entreprises d’Afrique et d’Asie du Sud. La société possède des investissements dans plus de 1 200 entreprises d’économies émergentes, avec un portefeuille d’une valeur totale de 5,8 milliards de livres sterling. CDC est financée par le gouvernement britannique et tous les revenus de ses investissements sont réinvestis pour améliorer la vie de millions de personnes en Afrique et en Asie du Sud.

À propos de la Fondation Roi Baudouin

La Fondation Roi Baudouin est une fondation d’utilité publique. Elle a pour mission de contribuer à une société meilleure. En Belgique et au plan international, la Fondation est un acteur de changement et d’innovation au service de l’intérêt général et de la cohésion sociale. Elle cherche à maximiser son impact en renforçant les compétences des organisations et des personnes. Elle encourage une philanthropie efficace des particuliers et des entreprises.
www.kbs-frb.be

 

 

 

 

 

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Aperçu